Life

Allez c’est l’heure des Apéros Bio !

Un jour en faisant les courses, je rencontre Pierre qui me propose de déguster ses Apéros Bio, sans réfléchir je me retrouve un verre à la main entrain de goûter ces jolis apéros et trois minutes plus tard avec une bouteille sous le coude. J’avais tendance à penser que les Apéros Bio, c’était un peu comme du rosé pamplemousse mais en bio. Après avoir goûté je me suis rendue compte que j’avais tout faux, c’est bien meilleur, c’est frais, les saveurs de fleurs et de fruits sont en harmonie avec le vin, ce n’est pas juste un vin de fille, non! En plus les bouteilles sont belles, elles me rappellent les vieilles bouteilles de vin de mon papi ou encore les limonades, c’est bon, frais, parfumé chaque bouteille a sa spécificité mais tout est dans la légèreté et peu sucré, c’est désaltérant…  Mais qu’est ce qui se cache derrière ces boissons ?

Étant sous le charme de ce doux mélange j’ai contacté Pierre et nous nous sommes retrouvés avec son acolyte Nicolas pour qu’ils m’en disent plus sur eux et leurs Apéros Bio.

Pierre-Nico-V2-5.jpg

Pour ceux qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Pierre : Nous sommes ingénieurs agronomes et œnologues, nous nous sommes rencontrés à Toulouse durant notre cursus. J’ai travaillé pour 2 sociétés après mes études, une à Bordeaux spécialisée dans les levures et les produits œnologiques, l’autre en conseil viticole. Ça m’a fait pas mal voyager, Chili, Afrique Sud, Argentine, Portugal, Espagne… Après ça j’ai eu envie de me poser et de travailler plus sur un projet commun avec Nico.

Nicolas : J‘ai le même cursus que Pierre mais à la fin je suis parti en thèse sur les effets du réchauffement climatique sur les arômes des vins méditerranéens. Après la thèse, en février 2015 on a lancé le projet, il a pas mal évolué et a officiellement démarré en mars 2016 avec les Apéros Bio.

logo_aperos_bio_rond

Comment est né le projet ?

Nicolas : L‘idée était de créer ensemble un projet dans le secteur vigne et vin, sur des produits très qualitatifs. On avait déjà bossé ensemble durant nos formations sur des « projets papiers ».

Pierre : Il y avait aussi une confiance l’un envers l’autre qui s’était établie, on se disait qu’en lançant un projet avec une personne de confiance c’était quand même plus facile, c’était le côté un peu rassurant dans le démarrage.

Les Apéros Bio, pourquoi cette idée et comment a-t-elle évolué ?

Nicolas : L’histoire, c’est qu’on a toujours innové avec ce que l’on avait sous la main, que ce soit les potagers que l’on avait ou ce que l’on trouvait pour faire des apéritifs sympas. Ça marchait plutôt bien, alors on s’est posé la question de faire quelque chose d’un peu plus grand, réfléchi, avec des recettes meilleures, voir parfaites. Il y a un vrai travail là-dessus, on a commencé à sonder les gens, rencontrer des artisans avec qui on pouvait travailler, faire les premiers prototypes, faire déguster… Suite aux retours positifs du côté professionnel ainsi que personnel, nous avons lancé le concept.

Pierre : Ça c’est l’émergence de l’idée, mais on a passé beaucoup de temps à sonder ce que le marché demandait avec des enquêtes auprès de professionnels et de consommateurs. La tendance est sur les équilibres de produits moins alcoolisés et moins sucrés. Les éléments que l’on a récupéré nous ont permis de faire évoluer notre apéritif. On a fait une première étude de validation du concept en interrogeant une vingtaine de professionnels sur Montpellier. On s’est fait ensuite épauler avec l’aide d’un cabinet de conseil pour une étude de marché beaucoup plus approfondie. On a creusé en détail les forces et les faiblesses des Apéros Bio avec des personnes qui ont une vision du marché très claire et pragmatique. On a complété avec des dégustations d’une série de prototype auprès d’une cinquantaine de professionnels sur Paris, Lyon et Montpellier pour voir si le produit tenait la route, si ça avait un intérêt de le produire sous cette forme. Après validation, on a continué. Puis on a fait quelques modifications suite à des enquêtes consommateur , des focus group, des questionnaires web, pour affiner les détails du produit, notamment le packaging. Cela nous a permis de faire une première mise en marché il y a 5 mois en faisant en sorte de mettre toutes les chances du côté du produit. 

bouteilles_sur_table.jpg

Quelles sont les particularités des Apéros Bio

La gamme débute avec 3 produits, on espère que c’est voué à évoluer, car on a une quarantaine de recettes depuis le stade de pré-étude. On a fait le choix de démarrer avec 3 produits. Le subtil est assez proche de l univers du vin avec une finesse aromatique qui plaît aux amateurs de vins.  Le Gourmand et l’Original sont plus marqués par les fruits et les fleurs avec des intensités aromatiques plus intenses, le côté « vin » est moins perçu, on est vraiment dans l’univers apéritif voir vin d’accompagnement de desserts.

Je peux voir qu’il y a de la rose, violette, coquelicot, framboises, cassis… Comment avez-vous pensé à ses ingrédients et aux mélanges ?

Avec la longue période de recherche d’artisans partenaires on a pu trouver les matières premières. On a commencé à faire beaucoup d’essais, voir ce qui marchait ou non. Il y avait aussi beaucoup de corrélation avec ce que l’on connaît de l’univers du vin, sur les composés aromatiques clés du vin qui fonctionnent bien ensemble. On va dire que j’ai (Nico) beaucoup travaillé sur les arômes naturels du vin. Il y a des associations que l’on connaît et on est habitués à l’exercice de la dégustation. On avait donc des connaissances de bases pour les assemblages, ce qui est plus notre spécialité que la partie commerciale.

Les bouteilles sont très belles, comment en êtes vous arrivés là ?

Des idées tordues, l’envie d’avoir quelque chose d’unique ainsi qu’une fonctionnalité pratique à cause de notre process qui est différent de ce qui existe. Le bouchon a beaucoup d’intérêt par rapport à nos premiers prototypes, d’un point de vu technique mais aussi visuel, on trouvait ça sympa le côté « old school » des bouteilles de limonades. Grâce au bouchon et à la sérigraphie, nous avons créé des bouteilles réutilisables (comme carafe à eau, bouteille d’huile, base pour des éléments de décoration,…) Dès que possible, nous donnerons des idées sur notre site pour réutiliser les bouteilles de manières originales.

Pour l’univers visuel, on a travaillé avec quelqu’un de totalement extérieur au vin, qui est plus girly, magasine féminin. Elle a les mêmes volontés sur les produits que nous, des produits sains, locaux, qualitatifs, bio… Elle a accroché au concept. On a fait quelques croquis assez sommaires pour retranscrire ce que l’on cherchait comme univers, quelque chose d’assez ludique, des choses qui nous correspondent. Elle a fait quelque chose de beaucoup plus joli que nos croquis et que nous aimons beaucoup. Elle a aussi bossé sur le site qui est fait avec des amis à nous, qui croient eux aussi en notre projet. Et le mélange de tout cela ça donne ça. 

etiquette

Vous parlez de produits locaux, d’où viennent vos ingrédients?

Au départ nous voulions travailler uniquement dans le Languedoc, on a cherché des artisans languedociens, pour les fruits, les fleurs, le vin. Concernant le vin, pas trop de difficulté car il y a du monde et un bon réseau avec l’ancien travail de Pierre, il y a de la diversité dans la région donc on trouve forcément ce que l’on veut ici. Pour la partie fruits et fleurs, on a fait les premiers essais avec des produits locaux, mais on n’avait pas la palette aromatique que l’on trouve sur les terroirs de productions traditionnels, les petits fruits rouges et noirs de Bourgogne, les fleurs de climat chaud entre Drôme et PACA… On s’est donc ouverts à travailler uniquement avec des artisans français indépendants avec qui nous pouvons échanger sur la manière de travailler les fruits et les fleurs pour que nous soyons le plus à l’aise pour faire nos apéritifs. C’est pour cela que c’est 100% artisanat français.

Ou peut-on acheter ces Apéros ?

Nicolas : On les retrouve dans les circuits un peu spécialisés, caviste, épiceries fines, bio, restaurants et une jardinerie. L’idée est de rester sur ce segment spécialisé car l’accueil du produit est bon, les échanges avec les établissements sont bons. On peut animer, faire déguster… Ça nous correspond ainsi qu’au produit, et c’est le genre de relation professionnelle qui est plutôt agréable.

Pierre : Autant nous avions un bon réseau sur la production, mais sur la commercialisation on part de zéro. C’est plus confortable pour nous de discuter avec un gérant de biocoop, de magasin bio ou un caviste. C’est des échanges à taille humaine, il n’y a pas de niveau hiérarchique à gravir avant de commencer à discuter. Ça se fait assez rapidement.

Je trouve votre gamme assez chouette car on connaît tous le rosé pamplemousse qui pourrait peut être se rapprocher un peu de ce que vous faites, mais je ne connais pas d’offre bio et locale, avec une telle sélection des matières premières, vous êtes pionniers sur le marché ?

Nicolas : Par rapport à notre étude de marché, actuellement il n’y a pas vraiment de concurrences y compris dans la grande distribution. On a fait le choix du 100% français et bio. Sur la partie vin, on travaille avec des cépages résistants, des variétés qui n’ont aucun traitement contre les maladies de la vigne. En France il y a quelques producteurs qui en ont, mais c’est rare, ça se retrouve plus en Allemagne, en Autriche, Suisse. C’est du fait de notre histoire viticole française avec la tradition sur les cépages emblématiques des bassins de production. En plus du 100% français et bio, on travaille avec très peu de sulfites, on a beaucoup creusé ces points techniques qui impliquaient aussi des complications. On a passé un an et demi à développer les produits, sur la partie assemblage mais aussi stabilisation des produits. On a un peu de sucre, pas de colorants, ni de conservateurs.

Pierre : Le concept de l’apéritif ultra propre et naturel avec des équilibres que l’on a cherché sur la fraîcheur, pas trop d’alcool et pas trop de sucre, aujourd’hui ça n’a pas été visité car il y a des contraintes techniques assez fortes. On est vraiment contents et fiers de présenter ça aujourd’hui.

boutielle.jpg

La suite vous l’imaginez comment ?

La suite c’est une nouvelle production pour l’année prochaine, s’éloigner de notre zone de confort autour de Montpellier et l’Hérault, trouver des partenaires pour nous aider à distribuer nos produits. Pour nous, c’est aussi continuer à animer le plus possible des évènements pour faire déguster, expliquer le concept et les produits, en local et ailleurs.

L’an prochain on continue sur la gamme de 3 produits avec quelques modifications pour continuer de répondre à la demande, on reste sur le Subtil, le Gourmand et l’Original. Mais ça ne s’arrêtera pas là ! On a un paquet d’idées. Aujourd’hui elles ne sont pas notre priorité, mais on a une bonne base de départ, on a un réseau qui grandit en terme d’artisans avec qui on peut travailler, c’est assez encourageant pour la suite.

 

logo_aperosbio_lineaire

Pour en savoir plus ou suivre l’actualité des Apéros Bio : le site, Facebook, Instagram.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s